Mort de Bobby Fischer



Bobby Fischer, le plus grand champion d'échecs du monde selon Gary Kasparov est mort.

Celui qui mit fin à la domination soviétique en battant à Reykjavik Boris Spassky en 1972 aura été l'icône de toute une génération de joueurs. En 1972, j'avais 13 ans. Jouant aux échecs, je découpais dans les journaux les extraits des parties de ce championnat du monde pour les analyser. Fischer était un joueur fantasque et génial, frisant la paranoïa.

Après sa sur-médiatisation à la suite de sa victoire 7-2, Bobby Fischer sombra dans une evanescence ponctuée par quelques apparitions comme ce match revanche en 1992 en ex-Yougoslavie, soumise à l'embargo, contre le même Spassky ou ses diatribes contre les États-Unis ou Israël. Il sera déchu de sa nationalité américaine, emprisonné au Japon à cause d'un passeport périmé en 2005.

L'Islande où il avait connu la gloire lui accordera la nationalité islandaise. Il meurt le 17 janvier 2007 à Reykjavik d'une insuffisance rhénale. Il avait 64 ans.