florence cassez

Qui finit bien… du moins on l’espère.

La comédie de Billy Wilder (7 years itch – Le démon de l’infidélité) avait donné à Marilyn un de ses plus beaux rôles au cinéma qu’on en oublie son partenaire Tom Ewell.

7 ans de réflexion, c’est ce qu’a pu vivre Florence Cassez lors de son incarcération au Mexique.

Du rire pour l’une aux larmes de l’autre, on ne peut que se féliciter de la libération de la jeune Française dont l’arrestation mise en scène par les médias pourrait faire frémir n’importe qui.

Les médias sont devenus les grands manipulateurs des esprits, transformant les innocents et les victimes en assassins, donnant une célébrité inutile à quelques-uns pour les jeter ensuite dans l’ombre de l’indifférence et de l’oubli.

Florence Cassez aurait-elle enduré tant d’années d’emprisonnement, si les médias n’avaient pas instrumentalisé l’opinion contre elle ? On peut se poser la question.

Nicolas Sarkozy avait mis toute son énergie en œuvre pour sa libération, François Hollande en recueillera les fruits.

L’important c’est que Florence soit enfin libre.