10 juillet 2007

Au nom d’Allah…

Des soldats restent aux aguets. © Anjum Naveed Jamais une mosquée n’aura autant mérité son nom de mosquée rouge. Soupçonnée d’abriter des militants d’Al Qaïda, cette mosquée est assiégée depuis le 3 juillet par l’armée pakistanaise. Après plusieurs tentatives de négociation, la décision de donner l’assaut a été prise malgré les réticences du président Moucharraf qui craignait pour la vie des femmes et des enfants. Siège d’un Islam radical dès sa fondation en 1965 par Muhammad Abdullah assassiné en 1998, la... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2007

La Bible à l’épreuve de l’archéologie

Longtemps considérée comme une source historique fiable, la Bible hébraïque, également connue par les Chrétiens sous le nom d’Ancien Testament, servait de base à la compréhension l’histoire de l’ancien Israël. Le Livre des Patriarches faisait remonter aux origines du peuple d’Israël avec Abraham. L’exode relatait la fuite d’Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse, la révélation des Tables de la Loi, le retour vers la Terre Promise. Le Livre des Rois s’attachait à présenter la lignée davidique du Royaume de Juda dont la piété... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2007

Le Prince des Faces - Extrait N° 4

Restait le défenseur, Maître Gardan. C'était sans doute ce dernier qui intriguait le plus Ashley. Après le procès, l'avocat ne défraya plus les chroniques. Pis encore, il disparut de la scène juridique. Selon des sources bien informées, il avait quitté le Barreau ; on croyait qu'il vivait cloîtré en province ou qu'il s'était expatrié, peut-être en Amérique du Sud ou en Afrique. En laissant de côté toutes ces suppositions, ne fallait-il pas voir dans cet abandon le signe que le "relatif échec" mal surmonté de sa première... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juillet 2007

Du péril de la délocalisation

Jean LassalleLe 10 juin dernier, Pierre Jallatte, un chef d’entreprise de 88 ans se donnait la mort, chez lui à Nîmes. Il disait qu’il partirait avant de voir mourir son entreprise. Celle-ci était menacée de délocalisation en Tunisie et 285 emplois étaient menacés. Le fondateur de cette entreprise qui fabrique des chaussures de sécurité n’a pas attendu le résultat d’une ultime réunion à la préfecture de Nîmes sur le projet de délocalisation de la production, décidée par le groupe italien Jal (propriétaire de Jallatte). En 2006, le... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2007

L’art contemporain ? Non, merci !

Ministre de la Culture dans le gouvernement de François Fillon, Madame Christine Albanel aurait déclaré ne pas aimer l’art contemporain. Cette information a été diffusée le 4 juillet dernier, alors que cette révélation aurait été faite, le 29 mai, à un journaliste de France Inter. Cette information est-elle à mettre en parallèle avec le décès de Madame Claude Pompidou, qui initia son mari le Président Georges Pompidou à l’art contemporain qu’elle appréciait au plus haut point. On peut aimer ou non l’art... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2007

Le Prince des Faces - Extrait N° 3

DOUGLAS Kendall avait mal dormi, comme un condamné à la veille de son exécution. A dire vrai, il n'avait pas dormi, cette nuit-là. D'ailleurs, il n'avait jamais su dormir. Du plus loin qu'il lui rappelle, le monde de la nuit exerçait sur lui une étrange fascination. C'était comme s'il volait quelques heures de vie au sommeil. Qui plus est, son métier de reporter exigeait à tout moment une vigilance absolue. Et si la "Force tranquille" avait pris le pas sur le "Libéralisme avancé", les événements de Tulle... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2007

Mon Zénith… sans moi

Le 2 juillet 2007, George Benson et d’Al Jarreau donnaient un concert exceptionnel pour le lancement de leur album « Givin' it up ». Qui n’a pas vibré en écoutant la voix soul du vocaliste Al ? Qui n’a pas voyagé avec les mélodies rythmées du roi George ? Benson & Jarreau, l’affiche de rêve avait attiré des milliers de spectateurs tous âges confondus. Mes souvenirs du Zénith remontaient à 1989. J’y avais assisté au concert de Bernard Lavilliers pour la sortie de son album « Gentilshommes de fortune, rêves et voyages ».... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2007

Des infirmières turques

« Et si les continents étaient comme les quartiers d’une ville ? À quoi ressemblerait la planète ? L’Europe occidentale serait une maison de retraite, avec une population vieillissante assistée par des infirmières turques. » À la page 202 de son ouvrage la Terre est plate (1), Thomas Friedman ose cette métaphore pour décrire le monde tel qu’il sera. Le vieillissement de la population d’Europe occidentale est une certitude démographique ; il obéit à l’allongement de l’espérance de vie et à la faiblesse du taux de natalité. Ces deux... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2007

Le Château de Milandes ou le souvenir de Joséphine Baker

Le Château des Milandes... © Sedecs/Terroirs-of-France/ M. Durman ...Ou le souvenir de Joséphine Baker Milandes, ce terme désignait à l'origine, c'est à dire au Moyen-âge une région boisée. Construit en 1489 par François de Caumont, seigneur de Castelnaud pour son épouse Claude de Cadaillac, le château des Milandes tient plus du manoir que de la forteresse médiévale, preuve peut-être qu'il était destiné à devenir d'abord un écrin pour une femme, avant d'être une demeure familiale élégante jusqu'en 1535. ... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2007

Le Prince des Faces - Extrait N° 2

Le président réclama le silence. Kendall jeta un regard à l'entour dans la salle et le prétoire. Sous les lambris, destinés à rappeler les chênes sous lesquels les rois rendaient la justice, l'équité s'accommodait de cette atmosphère pesante, où tout semble compromission et calculs ; les plaideurs et les magistrats s'échangent des regards de connivence sous l'œil hagard de leurs clients. A la droite de la salle, accrochée au mur, une horloge frappée d'un "Lex" à la terrible consonance égrène implacablement la mesure du temps... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]