17 juillet 2012

Laïc…

Le Hic La laïcité républicaine à la française est parfois confondue par certains avec l’athéisme. Ce sentiment est répandu parmi les ressortissants de pays dont la constitution énonce ou impose une religion d’État, et qui voient dans la laïcité la main de la Franc-Maçonnerie. Par ailleurs, un pays comme les États-Unis interdit à son Congrès d'adopter des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à s'assembler pacifiquement dans le premier amendement de sa constitution. Cette liberté... [Lire la suite]
14 juillet 2012

Des tailleurs aux casseurs… de pierres

  « Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo ecclesiam. » C’est dans l’Évangile de Saint Matthieu et dans lui seul qu’est rapportée cette phrase de Jésus s’adressant à Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon église. » Pierre vient du latin Petrus. Pierre de son vrai nom Siméon Barjona (Simon, fils de Jonas d’après certains commentateurs – Bar signifiant fils en hébreu) aurait été surnommé Kêpha (roc ou rocher en araméen). Le jeu de mots est évident entre le nom de l’apôtre et... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 juillet 2012

Guerres fratricides

La Franc-Maçonnerie dans l'œil du cyclone     Depuis plus de deux ans, la presse se délecte des soubresauts au sein de la Franc-Maçonnerie française. Assimilée par les uns à la théorie du complot ou diabolisée par les autres notamment les fondamentalistes religieux, la Franc-Maçonnerie est victime de son culte de la discrétion que d'aucuns taxent de secret et des errements des obédiences, rattrapées par les guerres intestines, les règlements de comptes et les défis de nouveaux chantiers comme la mixité ou le rejet de... [Lire la suite]
09 juillet 2012

Le retour de la pensée unique…

Quand la gauche parisienne s'en prend à Lorant Deutsch Le Métronome ne plait pas aux bobos. Réussir est dans l’esprit de beaucoup une insulte. Et le succès aiguise bien des jalousies. Avec son premier best seller « Et si c’était vrai », Marc Lévy s’était attiré les foudres de la critique parisienne qui lui déclinait la qualité d’écrivain. Certes, Marc Lévy n’est ni Clavel, ni Le Clézio, mais il draine un lectorat qui lui est fidèle. Quand au sein du Conseil de Paris, les communistes s'élèvent contre le parti pris de... [Lire la suite]