09 mai 2012

La France Digne

La France apaisée, digne et réconciliée dans le même respect de son histoire et de sa mémoire s'est retrouvée sous l'Arc de Triomphe, en ce 8 mai 2012. Quelle belle image que celle du président sortant et de son successeur célébrant ensemble la fin de la guerre en Europe avec la capitulation de l’Allemagne nazie. Nicolas Sarkozy en président aguerri invitant François Hollande pour l'accompagner à ce qui sera sa dernière cérémonie officielle, voilà un symbole fort.Être républicain et vigilant ne signifie en aucun cas la critique... [Lire la suite]
08 mai 2012

Oui mai…

A bon entendeur, salut. Avec notre nouveau président tout frais é(mou)lu pas de surprise. Enfin pas encore ! Barre à gauche toute, mais à toute vapeur on verra. Reste que ceux qui avaient aiguisé leurs couteaux contre le président sortant en espérant un maroquin ou à défaut un strapontin peuvent aller se rhabiller ou (propos passés sous silence...) chez les… Grecs. On n'en fera pas un drachme. L’ouverture que nenni, quelle insulte. M. Hollande c’est la fermeture éclair. Alors, adieu veau, vaches, cochons et bonjour... [Lire la suite]
06 mai 2012

La guerre est déclarée

Les Français ont voté. Bien ou mal, l'avenir nous le dira. Toujours est-il que le déchaînement à l'encontre de l'ancien président a été lamentable, à l'image de la classe politique. Que ce soit à droite (et plus particulièrement à son extrême) ou à gauche comme au centre a-t-on vraiment entendu un débat d'idées ? Non ! Que croit-on, aux miracles ? Sans être devin on peut affirmer qu'il n'y en aura pas ! Les lendemains qui déchantent feront comprendre aux Français que le plus dur est devant eux. Au demeurant, je crains que les... [Lire la suite]
Posté par arkantz à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 mai 2012

Lettre ouverte à un futur président

Non, Monsieur, vous qui prétendez à la magistrature suprême, ce n'est pas en criant plus fort que les autres lors de vos meetings que vous serez plus crédible. Ce n'est pas en faisant l'éloge de la paresse lorsque vous étiez ce fonctionnaire privilégié selon vos propres termes que l'on relève les défis de la modernité. Devenir président, c'est endosser un costume de contraintes et de sacrifices. C'est souffrir de la trahison de certains de ses proches. C'est se retrouver souvent seul avec sa conscience devant des choix inextricables... [Lire la suite]
19 mars 2009

Tous en Clèves !

En France, il suffit d'un mot pour que les médias, les intellectuels, puis la rue s'en emparent. Le dernier en date peut paraître du réchauffé puisque, remontant des abîmes de 2006, il a été repris à l'occasion du Salon du Livre 2009. La pique venait de Nicolas Sarkozy. Et bien entendu, elle touchait à un "monument" de la littérature française : La Princesse de Clèves. Le Président de la République a l'art de la formule. On est évidemment loin des phrases ampoulées d'une ancienne génération de politiciens, mais... [Lire la suite]