Pour une nouvelle ère du vivre ensemble

logo_presse

La violence ne se résoudra pas par la violence. Le prix de la vie est bien trop précieux pour se permettre de la jouer à pile ou face par le macabre du massacre organisé par des cerveaux malades.

La banalisation de l'horreur médiatisée sur nos écrans rend virtuelle les valeurs humaines du respect et de la tolérance envers ses frères humains. Non pas cet autre abstrait que l'on peut confondre avec une identité imaginaire.

Ceux qui ont connu la guerre et l'exil ne peuvent que mieux comprendre la douleur de ceux qui viennent de perdre leurs proches sous les balles des assassins. La mort de ces derniers, tragique et somme toute logique voire espérée par beaucoup ne peut être considérée comme une victoire.

Il est préoccupant d'observer les dérives sectaires et terroristes de ces jeunes en perte de repères pour qui le recours aux armes sert d'exutoire à leur misère intellectuelle. Il est des valeurs societales qui ne sont pas négociables. Le droit à la liberté de rire fait partie de la liberté d'opinion qu'une presse libre doit véhiculer.

L'homme est un animal pensant, et la dérision appartient à cet espace de liberté comme celle de la conscience. Dans un pays laïc, toutes les formes de pensées comme toutes les religions sont admises, tant qu'elle ne viennent pas nuire à l'ordre public. Utiliser le prétexte religieux à des fins politiques est la pire des ignominies qui n'est pas le seul apanage de ceux qui se revendiquent faussement de l'islam.

Il n'y a pas si longtemps, on embrigadait bien Dieu dans une croisade contre l'axe du mal. A trop vouloir régenter le monde, l'Occident a perdu de vue que la Liberté ne se décrète pas, que la Démocratie ne s'impose pas par la force, que jouer avec le feu conduit à se brûler les doigts.

Rien ne pourra se régler sans que tous les dirigeants du monde s'assoient à la même table, faisant table rase de leurs différends, annulant les sanctions absurdes qu'ils font peser sur les peuples en pensant punir ceux qui les dirigent.

Lorsqu'on en finira avec les hypocrisies politiques, il fera peut être mieux vivre ensemble, la main dans la main, sur cette bonne vieille Terre porteuse d'espérance.